Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 16:45
Salade automnale courge rôtie, feta, noix de cajou caramélisées

Je réitère cette recette que j'avais découverte en Australie. Si vous vous rappelez de la salade à la betterave, feta et noix de cajou, vous ne vous étonnerez pas de savoir que c'est dans le même établissement que j'ai goûté celle que je vous propose aujourd'hui, la carte ayant été adaptée aux saveurs automnales. Et je dois avouer que les saveurs s'associaient très bien, bien que les noix de cajou caramélisées formaient un bloc de caramel pas forcément agréable à croquer.
Bref, je l'avais gardée dans un coin de ma tête, et entamant maintenant l'automne de l'hémisphère nord, j'ai réitéré la recette avec du potimarron, des noix de cajou grillées et légèrement caramélisées et un dressing avec de la crème de figue au balsamique que j'avais reçue dans une box culinaire.
De plus, si la feta est pour vous trop sèche, vous pouvez la remplacer par du chèvre, ou n'importe quel fromage de votre choix (j'ai dû résister aux œillades que le Saint-Félicien m'a faites depuis le frigo).

Pour 2 personnes :

Pour la salade :

  • 6 grosses poignées de mesclun
  • 250g de potimarron (épépiné et coupé en dés)
  • 60 à 90g de feta
  • 4 poignées de noix de cajou
  • 1 c. à s. de sucre

Pour le dressing :

  • 1 c. à s. d'huile d'olive
  • 1 c. à s. d'huile de colza
  • 2 c. à s. de crème de figue au balsamique (ou 1 c. à s. de vinaigre balsamique)
  • 1 c. à s. de vinaigre de vin rouge
  • 1 c. à c. de moutarde
  • sel, poivre
Salade automnale courge rôtie, feta, noix de cajou caramélisées
  • Préparez la salade :

Mettez les dés de potimarron dans un bol supportant la chaleur. Filmez et faites chauffer 1min30 à 2 min au micro-ondes pour le ramollir. Dans une poêle à feu vif, versez un filet d'huile neutre et faites griller les dés de courge (attention à ne pas vous brûler avec la vapeur lorsque vous retirez le film du bol !). Réservez les dés.
Dans la même poêle, feu abaissé, enlevez l'excédent d'huile avec du papier absorbant, et versez les noix de cajou avec le sucre. Faites doucement griller/caraméliser en remuant de temps en temps. Réservez avec les dés de potimarron.

  • Préparez le dressage :

Répartissez le mesclun dans deux assiettes. Ajoutez le mélange potimarron/noix de cajou, et émiettez la feta dessus.

  • Préparez la sauce :

Mélangez ensemble les ingrédients et rectifiez l'assaisonnement à votre goût. Servez dans un petit récipient avec la salade.

Repost 0
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 17:02

Le dernier jeudi de novembre, les Américains fêtent Thanksgiving ; un moment de convivialité, un événement familial, où chacun amène quelque chose et que l'on partage ensuite tous ensemble. La fameuse dinde aux marrons, la sauce aux canneberges, la purée de patate et petits pois, le pain de maïs, la tarte au potiron ou noix de pécan... Que de classiques qu'on commence à bien connaître en France.

Thanksgiving à l'italienne : involtini de dinde aux marrons et torta della nonna cranberry-pécan

Mais d'où vient l'origine de Thanksgiving ? Si je l'ai étudié à la fac, j'ai été surprise quand je parlais avec des Américains qui ne savaient pas trop d'où ça venait, où pensaient qu'il s'agissait d'une fête chrétienne (un remerciement à Dieu pour la nourriture qu'il nous donne). Hem, pas vraiment en adéquation avec l'histoire du pays et l'idée de self-made man justement mise en place par ces premiers pèlerins, à l'origine du Mayflower compact.
Alors, pour résumer, c'est le remerciement qu'ont les colons pour les Indiens qui les ont aidés à survivre lorsqu'ils sont arrivés dans le pays. Pour le détail, revenons en 1620, lorsque 102 personnes quittèrent l'Angleterre en bateau - le Mayflower - pour fuir l'Eglise Anglicane avec l'idée qu'ils auraient une toute nouvelle vie en Amérique. Ils passèrent par la rivière Saint Laurent et pensaient atteindre la Virginie (la première colonie, Jameston, y fut fondée en 1607). Or ils atteignirent le Michigan, en terre non-colonisée. Ils durent s'organiser par eux-mêmes pour survivre, mais durent également faire face à une nature très hostile : le premier hiver, le blizzard tua la moitié de la compagnie (alors que le voyage en mer ne fit que deux morts). Ce sont les Amérindiens qui les aidèrent, en leur montrant quels animaux et plantes ils consommaient, comment les chasser et planter, et comment survivre à l'hiver. Le tout premier Thanksgiving date de 1621, lorsque les colons invitèrent les Indiens à manger pour fêter leur toute première récolte.

Cette fête, "thank you for giving" célèbre donc le remerciement des colons envers les Amérindiens. On le fête en famille et la tradition veut que chacun amène quelque chose, et tout le monde partage ensuite le repas.
Je trouve ce moment d'Histoire très intéressant et beau, et c'est dommage qu'il ne soit pas plus connu de la nation américaine elle-même qui l'a soit oublié, soit détourné. D'autant que le vendredi suivant Thanksgiving, c'est le Black Friday : un jour de soldes monstres, où les gens se précipitent dès minuit dans les magasins. Et dont l'esprit sur-consumériste, hélas, est en totale opposition à celui célébré la veille.

Thanksgiving à l'italienne : involtini de dinde aux marrons et torta della nonna cranberry-pécan

J'ai eu l'occasion de fêter Thanksgiving aux Etats-Unis (deux fois même, mais une fois avec des Français qui m'ont demandé des plats... français), et je revois la petite dinde farcie aux marrons et à la saucisse, et la tarte aux noix de pécan que j'avais faite. Nous étions allés acheter la victuaille au Little Italy de San Diego, un de mes endroits favoris où nous déjeunions souvent et qui donnait sur la Marina.

Thanksgiving à l'italienne : involtini de dinde aux marrons et torta della nonna cranberry-pécanThanksgiving à l'italienne : involtini de dinde aux marrons et torta della nonna cranberry-pécan
Thanksgiving à l'italienne : involtini de dinde aux marrons et torta della nonna cranberry-pécanThanksgiving à l'italienne : involtini de dinde aux marrons et torta della nonna cranberry-pécan

Alors voici ma réinterprétation européenne de Thanksgiving. A la fois pour me remémorer ce Thanksgiving avec de très bons amis, et, pour répondre au défi "Thanksgiving à votre sauce", en me mettant dans la peau d'un colon arrivant en terre sauvage, et qui veut remercier les Indiens. Utiliser ses propres recettes, mais avec les ingrédients offerts. C'était pas voulu de faire le lien avec Little Italy, mais les recettes qui me sont venues à l'esprit sont italiennes. Encore.
Après tout, c'est comme ça qu'est née la cuisine italo-américaine.

Chez moi, ça nous donne donc des involtini de dinde farcis aux marrons et à la saucisse, avec un soupçon d'épices cajun pour relever - oui, ça vient de la Louisiane, mais on va pas chipoter - accompagnés de patate farcie aux petits pois. Pour le dessert, j'ai pensé à la fameuse torta della nonna, une tarte à la crème au citron décorée de pignons de pin. Sur cette base, le citron est devenu canneberge et les pignons pécan.
La recette de la tarte vient directement de ma famille d'Italie, c'est vous dire si je me mets à fond dans mon rôle de pèlerin !

Note : j'avais goûté les épices cajun et je pensais en trouver en grande surface, mais visiblement c'est pas si simple : pas envie de les acheter par internet, j'ai trouvé la recette pour en faire soi-même.

Thanksgiving à l'italienne : involtini de dinde aux marrons et torta della nonna cranberry-pécan

Pour un Thanksgiving à 4 :

Pour les involtini :

  • 4 filets de dinde
  • 60g de marrons cuits (en bocal ou en conserve)
  • 2 à 3 saucisses maigres
  • sel, poivre
  • 8 pincées d'épices cajun*

Pour les patates farcies :

  • 2 grosses pommes de terre
  • 2 c. à s. de crème fraiche
  • 1 boîte de petits pois
  • sel, poivre, épices cajun*, gros sel
  • huile d'olive

Pour la torta della nonna :

La pâte :

  • 150g de farine
  • 1 sachet de sucre vanillé
  • 1/2 sachet de levure
  • 60g de sucre
  • 80g de beurre
  • 1 jaune d'oeuf

La garniture :

  • 125ml de lait
  • 6 c. à s. d'airelles fraiches en bocal
  • 2 jaunes d'oeuf
  • 50g de sucre
  • 20g de farine
  • noix de pécan

* les épices cajun :

  • 2 c. à s. d'oignons en poudre
  • 2 c. à s. d'ail en poudre
  • 2 c. à s. d'origan
  • 2 c. à s. de basilic
  • 1 c. à s. de thym
  • 1 c. à c. de poivre noir
  • 1 c. à s. de poivre blanc
  • 1 c. à s. de piment de Cayenne
  • 4 c. à s. de paprika
  • 3 c. à s. de sel
Thanksgiving à l'italienne : involtini de dinde aux marrons et torta della nonna cranberry-pécan

Dans l'ordre, je vous conseille de commencer par la tarte, puis les involtini et les patates. Je vous mets cependant l'ordre salé-sucré.

  • Préparez les involtini :

Taillez les saucisses et les marrons en morceaux. Dans un bol, mélangez-les avec des épices cajun (plus ou moins 2 pincées par personne), sel, poivre, voire un peu d'huile.
Déposez chaque filet de dinde sur un rectangle de film alimentaire et ouvrez-le en portefeuille - découpez avec le couteau pour ouvrir le filet. Déposez la farce au centre et roulez la viande en ballotine pour obtenir un cylindre. Enroulez la ballotine de film alimentaire, serrez les bouts pour qu'il ne s'ouvre pas. Réservez pendant que vous préparez le reste.
Pour la cuisson, plongez les ballotines 20 min dans l'eau bouillante. Au moment de servir, découpez-les en médaillons.
Note : avant d'envelopper de film alimentaire, vous pouvez roulez la ballotine dans du sel ou des épices.

  • Pour les patates farcies :

Préchauffez votre four à 200°C. Sur une plaque de cuisson, badigeonnez de l'huile d'olive. Roulez-y vos pommes de terre et roulez-les ensuite dans du gros sel ou des épices cajun (le mélange peut être fort pour certains, donc à vous de voir).
Percez-les ensuite avec une fourchette pour qu'elles n'explosent pas dans le four pendant la cuisson. Enfournez-les pour 25 à 30 min (évitez de les mettre sur du papier alu).
Lorsqu'elles sont sorties de four, laissez-les refroidir puis coupez-les en deux. Récupérez la chair et mélangez-la aux petits pois, avec la crème fraiche, du sel, du poivre, et des épices cajun. Farcissez les moitiés de pomme de terre et remettez quelques minutes sous le grill du four.

Thanksgiving à l'italienne : involtini de dinde aux marrons et torta della nonna cranberry-pécan
Thanksgiving à l'italienne : involtini de dinde aux marrons et torta della nonna cranberry-pécan

Préparez la torta della nonna :

  • Préparez la pâte :

Beurrez et farinez légèrement le plat à tarte. Laissez ramollir 80g de beurre à température ambiante.
Tamisez 150g de farine avec le sucre vanillé et la levure. Faites une fontaine et ajoutez le beurre en morceaux avec 60g de sucre et 1 jaune d'oeuf. Mélangez avec les doigts sans trop travailler la préparation. Filmez la boule obtenue et réservez au frais.

  • Préparez la garniture :

Préchauffez le four à 180°C.
Mixez les airelles pour obtenir une purée. Mélangez celle-ci avec le lait dans une casserole et portez à ébullition.
Fouettez les 2 jaunes restants avec le reste du sucre (soit 50g). Ajoutez les 20g de farine.
Filtrez le mélange lait-airelles et versez-le d'un coup sur les jaunes d'oeuf. Mélangez soigneusement et continuellement pour éviter les grumeaux.
Versez la composition dans une casserole et mettre à feu doux en remuant en permanence et portez à ébullition. Couvrez et poursuivez la cuisson 5 min en remuant de temps en temps.

  • Préparez la tarte :

Abaissez la pâte en une épaisseur de 3-4mm. Foncez le moule à tarte et piquez le fond d'une fourchette. Versez la crème.
Répartissez des noix de pécan sur le dessus (soyez généreux, c'est Thanksgiving !).
Enfournez pour 25-30 min.
Vous pouvez éventuellement servir saupoudrée d'une cuillère de sucre glace.

Thanksgiving à l'italienne : involtini de dinde aux marrons et torta della nonna cranberry-pécan
Thanksgiving à l'italienne : involtini de dinde aux marrons et torta della nonna cranberry-pécanThanksgiving à l'italienne : involtini de dinde aux marrons et torta della nonna cranberry-pécanThanksgiving à l'italienne : involtini de dinde aux marrons et torta della nonna cranberry-pécan
Thanksgiving à l'italienne : involtini de dinde aux marrons et torta della nonna cranberry-pécan

Cette recette répond au défi lancé par Recettes.de :

Thanksgiving à l'italienne : involtini de dinde aux marrons et torta della nonna cranberry-pécan
Thanksgiving à l'italienne : involtini de dinde aux marrons et torta della nonna cranberry-pécan
Repost 0
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 16:22
Oyaki boeuf-poivron

Un malheureux poivron qui se laissait dépérir dans le frigo m'a incitée à tester cette recette japonaise simple et facile qu'est l'oyaki : un petit chausson cuit à la poêle, prêt en deux temps trois mouvements, que j'avais repéré chez Histoire de fruits ainsi que Pich à la fraise. On peut varier la garniture au gré de ses envies et des saisons, ce que je trouve bien pratique en plus de permettre de vider le frigo.
J'ai essayé de respecter la recette traditionnelle qui comprend de la farine de riz, parfois de sarrasin (que j'ai remplacée par de l'épeautre pour conserver le côté rustique du résultat escompté).

Pour 10-12 oyaki :

Pour la pâte :

  • 100g de farine de riz
  • 100g de farine de petit épeautre
  • 100g de farine de blé
    OU 300g de farine de blé
  • 13cl d'eau
  • 1/2 c. à c. de sel

Pour la garniture :

  • 1 poivron vert :
  • 100g de bœuf haché
  • 1/2 c. à s. de dashi en poudre
  • 3 c. à s. de sauce soja sucrée
  • 1 cm de gingembre (à défaut du gingembre en poudre)
  • 1 gousse d'ail
  • 1 c. à s. d'huile de sésame
Oyaki boeuf-poivron
  • Préparez la pâte :

Mélangez les ingrédients de la pâte jusqu’à obtenir une pâte bien élastique et facile à travailler. Si elle est trop collante, rajoutez un peu de farine, trop épaisse, rajoutez de l’eau. Laissez reposer pendant que vous préparez la garniture.

  • Préparez la garniture :

Coupez le poivron épépiné en dés et faites-le revenir à la poêle avec l’huile de sésame. Hachez l’ail et le gingembre. Faites cuire 5 minutes et ajoutez le boeuf haché. Faites-le dorer rapidement, puis ajoutez le reste des ingrédients avec 1/2 verre d’eau et finissez la cuisson (la quasi totalité du liquide doit s’être évaporé.
Laissez refroidir la farce.

  • Préparez le montage :

Prélevez un petit morceau de pâte et étalez-le du plat de la main pour former un disque de 10-15 cm de diamètre. Ou abaissez la pâte et découpez-y des disque de 10-15cm de diamètre, à l'aide d'un verre ou d'une tasse pour des oyaki uniformes.

Placez une grosse cuillère de farce au centre et rabattez les bords en les soudant bien au centre (il suffit d’appuyer).

  • La cuisson :

Faites chauffer 1 cas d’huile de sésame dans la poêle et faites dorer les oyaki 2 minutes de chaque coté. Ajoutez de l’eau à mi-hauteur et laissez cuire jusqu’à évaporation. Faites dorer à nouveau chaque coté pour les rendre croustillants et servez immédiatement.

Repost 0
18 octobre 2013 5 18 /10 /octobre /2013 06:05
Ode au tiramisù

Aussi pointilleuse que je l'ai été avec le gratin dauphinois, le tiramisù fait partie de ces classiques que je n'aime pas voir être malmenés. Et pourtant, j'en ai goûté de ces tiramisù pas bons, trop secs, trop liquides, trop sucrés, où tout le monde se régalait, tandis que je réprimais ma mine dégoûtée. Oui, il ne suffit pas pour moi d'avoir un goût de mascarpone sucré pour dire que c'est bon. Ou plutôt, ce n'est pas parce que ce n'est "pas mauvais" que c'est bon, si vous voyez la nuance.
Il m'est arrivé de goûter des tiramisù "maison" dont on m'a vanté la qualité, et que j'ai trouvés absolument épouvantables (mais l'hypocrisie/politesse l'emportent sur mon snobisme), et qui me traumatisent encore aujourd'hui, l'un par des biscuits tellement secs qu'on se demande où était l'imbibage, l'autre qui était une bouillie ultracacaotée.
Il m'est même arrivée de voir la catastrophe à l'état pur dans un salon culinaire, où l'animatrice, qui nous proposait un tiramisù à la rose, ne se formalisait pas que du jaune soit tombé dans les blancs, où l'incorporation de ces derniers était tout sauf délicate, et où c'était servi de suite, sans temps de pose. Je crois qu'avec mes yeux effarés, j'ai eu l'air d'un hibou pendant tout l'atelier.

Ode au tiramisù

J'ai été habituée au tiramisù de ma famille d'Italie, que je réitère et dont je ne change pas la recette, et qui jusque là a toujours été plébiscité, même parmi les palais les plus exigeants. Alors comme pour le gratin dauphinois, je vous mets ici les règles d'or et astuces pour réussir à coup sûr le tiramisù et avoir une texture idéale :

- Montez bien vos blancs

Des blancs bien montés vont assureront d'avoir ensuite une masse légère et non étouffante. Incorporez-les délicatement à la préparation sans les casser.

- Dosez le sucre et l'alcool

Je ne mets jamais d'alcool dans le tiramisù, mais c'est une option que vous pouvez choisir. Dans ce cas, allez-y mollo : surtout après une nuit au frais, les arômes de l'alcool se dégagent et peuvent facilement prendre le dessus.
Pareil pour le sucre : j'oscille entre 70 et 100g de sucre (ou entre 35 et 50g selon la bête), mais jamais au-dessus. N'oubliez pas que les biscuits à la cuillère sont aussi recouverts de sucre. Et bien sûr, pas de cacao sucré non plus.

- Faites un café fort

Le goût du café est déjà tempéré par le mascarpone, le sucre, et les biscuits qu'il imbibe. Alors évitez d'avoir un café qui ressemble à du jus du pied à la base, et chargez la mule (ou utilisez tout simplement une cafetière italienne, sans filtre).

- Trempez et ESSOREZ vos biscuits

Si les biscuits ne sont pas assez imbibés, le tiramisù sera sec, et on sentira d'ailleurs le croquant en bouche alors que le tout doit être homogène. A l'inverse, si les biscuits sont trop imbibés, le tout ne sera qu'une bouillasse infâme. Pour trouver le juste équilibre, trempez bien vos biscuits (un bon aller-retour, voire plusieurs, et sentir que le biscuit se ramollit) et essorez.

- Respectez le temps de passage au frais : 12h à 24h

Je fais mon tiramisù la veille pour le lendemain : il y a un temps de passage et de repos au frais à respecter, et ce ne sont pas 2 ou 3 malheureuses petites heures qui peuvent lui donner sa texture et ses saveurs.

- Mettez le cacao au dernier moment

Il n'y a rien de pire que d'avoir un tiramisù marronnasse parce que le cacao aura été déposé avant la prise au froid, puisqu'il aura imprégné tout le plat. De plus, prenez du cacao non sucré, au risque d'avoir un dessert trop sucré (évitez le Nesquick, quoi). Tamisez votre cacao avant le repas et remettez au frais jusqu'au moment du dessert.

Ode au tiramisù

Pour 4-6 personnes (un plat carré de 20cm de côté) :

  • 2 oeufs
  • 18 biscuits à la cuillère
  • 35g à 50g de sucre
  • 250g de mascarpone
  • 0,6dl de café fort
  • cacao non sucré en poudre

ou pour 8-10 personnes (un plat carré de 25 cm de côté) :

  • 4 oeufs
  • 36 biscuits à la cuillère
  • 70 à 100g de sucre
  • 500g de mascarpone
  • 1,25dl de café fort
  • cacao non sucré
  • Au préalable :

Préparez le café. Séparez les jaunes des blancs. Regroupez les jaunes avec le mascarpone et le sucre.

Ode au tiramisù
  • Préparez la crème :

Battez les blancs en neige ferme, avec une pincée de sel ou du jus de citron.
Détendez le mascarpone en le battant avec le sucre et les jaunes d'oeufs. L'appareil doit être lisse et homogène.
Incorporez ensuite les blancs délicatement à la préparation au mascarpone à l'aide d'une maryse en soulevant bien la masse. La préparation doit avoir doublé de volume une fois les blancs incorporés. Disposez-en une fine couche au fond du plat pour éviter que les biscuits ne collent par la suite. Réservez.

Ode au tiramisùOde au tiramisù
Ode au tiramisùOde au tiramisù
  • Imbibez les biscuits :

Versez le café dans un petit plat ou une assiette. Un à un, trempez la moitié des biscuits dans le café, en faisant un ou plusieurs aller-retours : le biscuit doit être imbibé, mais ne doit pas se déliter. Essorez-le et disposez-le au fond du plat.
Note : même si le biscuit se casse, ce n'est pas grave : essorez les morceaux et reconstituez le biscuit dans le plat.

Ode au tiramisù
Ode au tiramisù
  • Montez le tiramisù :

Après avoir disposé la première couche de biscuits, déposez de manière uniforme la moitié de la crème pour recouvrir les biscuits.
Refaites une couche de biscuits imbibés (vous pouvez faire jusqu'à 3 couches de biscuits) et terminez par la crème. A partir de là, fichez-lui la paix et laissez-le au frigo (12 à 24h).
Au moment de servir, saupoudrez de cacao non sucré.

Ode au tiramisù
Ode au tiramisù

Et j'ai pu vous sauver une part, pardonnez tout de même la qualité de la photo. En même temps, c'est pas le dessert le plus glamour à photographier.

Ode au tiramisù
Repost 0
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 06:10

Changeons un peu de registre, et revenons un peu du côté japonais. Une recette simple qui plaira à tous, composée de purée de haricots rouges (anko) et de châtaignes. Il existe quatre types de châtaignes : européenne, japonaise, chinoise et américaine. La châtaigne japonaise est plus grosse et plus tendre. Tout ça pour vous dire qu'on peut tout à fait faire la recette avec nos châtaignes européennes, mais évitez les châtaignes chinoises (les fameuses châtaignes d'eau que l'on trouve dans les supermarchés asiatiques) qui sont beaucoup plus craquantes et plus fades.
La recette et les informations proviennent de ce site, qui regorge de recettes japonaises.
J'ai pris du tsubu-an au lieu du koshi-an, c'est-à-dire des haricots non réduits en purée.

 

Tourte-japonaise-1.JPG

 

Pour une petite tourte de 18cm :

La pâte : 

  • 170g de farine
  • 50g beurre allégé
  • 1 c. à s. de sucre
  • 1 pincée de levure
  • 3 c. à s. d’eau

La garniture :

  • Un demi pot de haricots rouges en boite sucrés (ou en purée)
  • 1 c. à s. de châtaignes
  • 1 c. à s. de sucre (facultatif)
  • 1 c. à s. de lait pour la dorure

 

  • Préparez la pâte :

Mélangez les ingrédients secs, et sablez du bout des doigts avec le beurre. Ajoutez l’eau progressivement et pétrissez sans trop travailler jusqu’à avoir une pâte homogène. Filmez et réservez au frais 30 min à 1h.

  • Préparez la tourte :

Préchauffez le four à 190°C. Répartissez la pâte en 2/3 et 1/3, et abaissez les deux morceaux. Garnissez un moule de 18 cm graissé et fariné du plus gros disque de pâte. Garnissez de haricots rouges sucrés (entiers ou en purée). Coupez les châtaignes (pourquoi ne pas les griller au préalable ?) en petits morceaux et répartissez sur les haricots rouges. Saupoudrez du sucre. Recouvrez du deuxième disque de pâte et soudez les bords. Badigeonnez de lait et enfournez pour 20 min environ.

 

Tourte-japonaise-2-JPG

 

Recettes.de : Japon, tarte, tourte, dessert, gâteau, châtaignes, anko,

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 06:24
Barres chocolat, coco-cerise

Une gourmandise qu'on trouve dans beaucoup de "boulangeries" en Australie, qui fait partie des douceurs du tea time à l'anglosaxonne : je dirais que ça se situe entre le caramel slice et le brownie ; une base brownie (voire croûte de cheesecake), un mélange de cerise et de noix de coco râpée, et une couverture de chocolat. J'ai pu non seulement m'en régaler, mais trouver la recette sur l'internet australien.

Barres chocolat, coco-cerise

Pour 12 carrés :

Pour la base :

  • 100g de chocolat noir à pâtisser
  • 1 oeuf
  • 50g de sucre
  • 30g de farine
  • 40g de beurre
  • 1/2 c. à c. de levure chimique
  • optionnel : noix, brisures de biscuits...

Pour la garniture :

  • 200g de noix de coco râpée
  • 20cl de lait concentré non sucré
  • 5 c. à s. de cerises 'amarena' au sirop

Pour la couverture :

  • 150g de chocolat noir (52%) ou lait

  • Préparez la base :

Préchauffez le four à 180°C.
Battez l'oeuf et le sucre jusqu'à léger blanchiment. Ajoutez la farine et la levure. Faites fondre doucement le chocolat avec le beurre et incorporez-les à la préparation. Versez le mélange dans un moule carré d'environ 20cm de côté recouvert de papier sulfurisé. Enfournez pour 12 min environ. Laissez ensuite refroidir.

  • Préparez la garniture :

Hachez préalablement les cerises et mélangez-les avec le lait concentré, la noix de coco et leur sirop (ou mixez le tout pour plus de simplicité). Transférez la préparation sur la base et faites prendre au frais 20 min.

  • Préparez la couverture :

Faites fondre doucement le chocolat au bain-marie et recouvrez-en la préparation. Laissez prendre au frais 1 à 2h.
Au moment de servir, détaillez en carrés.

Barres chocolat, coco-cerise
Barres chocolat, coco-cerise
Repost 0
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 16:16
Nouilles soba à l'avocat et sauce Tsuyu gingembre

S'il y a une chose que j'ai apprécié en Australie, c'est de trouver beaucoup de produits asiatiques et bio en grande surface, sans devoir passer par les épiceries spécialisées. Je trouvais aisément les nouilles soba, faites à partir de farine de sarrasin. On peut évidemment réitérer la recette en France, en allant chez son épicier asiatique, et se concocter cette simple, délicieuse et saine recette, que j'ai trouvée chez Pich, dont le blog est une mine d'or en ce qui concerne la cuisine japonaise.

Pour 2 personnes :

La sauce :

  • 5 c. à s. de sauce soja
  • 1 c. à s. de mirin
  • 1 c. à c. de sucre
  • 1 pincée de dashi en poudre
  • 1 pouce de gingembre frais râpé

Les nouilles :

  • 100g (2 portions) de nouilles soba
  • 1 gros avocat
  • 1/2 citron

  • Préparez la sauce :

Mélangez tous les ingrédients dans une petite casserole, et faites chauffer doucement jusqu'à ce que le sucre soit dissous. Le mélange ne doit pas bouillir. Laissez refroidir, et laissez reposer au frigo.

  • Préparez les nouilles :

Faites chauffer une petite casserole d'eau (pas besoin de saler) jusqu'à frémissement, puis plongez-y les nouilles soba. Faites cuire comme indiqué sur le paquet (4-5 minutes). Égouttez-les, et passez-les sous l'eau froide jusqu'à ce qu'elles soient complètement refroidies. Épluchez l'avocat, coupez-le en lamelles, et arrosez le généreusement de jus de citron.
Servez les nouilles avec la sauce et l'avocat.

Nouilles soba à l'avocat et sauce Tsuyu gingembre
Repost 0
4 septembre 2013 3 04 /09 /septembre /2013 08:50

Cette recette québécoise est apparue sur quelques blogs : genre de hachis parmentier avec une couche de maïs, ça devait forcément me plaire !
J'ai pris ma recette chez ma chère Graziella de Made in Cooking, mais bien des blogs que j'affectionne en proposent.

 

Pate-chinois-1.JPG

Pour 4 à 6 personnes :

  • 5 pommes de terre
  • 250g de maïs
  • 250g de viande hachée
  • 50ml d'eau
  • 1/2 cube de bouillon de boeuf
  • 25g de gruyère râpé
  • 1/2 oignon
  • 30g de beurre
  • 50ml de lait
  • 2 c. à s. de thym (au lieu de persil haché)
  • 1 pincée de noix de muscade
  • 2 pincées de paprika
  • sel, poivre

 

Epluchez les pommes de terre, lavez-les et faites-les bouillir pendant 30min.
Pelez et hachez l'oignon. Faites fondre 20g de beurre et faites-y revenir l'oignon et la viande. Chauffez 50ml d'eau et faites- fondre le cube de bouillon. Versez sur le boeuf haché et laissez mijoter 10 min. Ajoutez une pincée de paprika et le thym. Mélangez bien, assaisonnez et réservez.
Préchauffez le four à 200°C. Ecrasez les pommes de terre en purée en ajoutant le lait progressivement. Salez, poivrez, ajoutez la noix de muscade et le reste du beurre.
Beurrez des pots individuels et disposez une couche de viande. Recouvrez d'une couche de maïs, puis d'une couche de purée. Recouvrez d'un peu de gruyère et d'un soupçon de paprika et enfournez pour 30min, jusqu'à ce que ça soit bien doré.

 

Pate-chinois-2.JPG

 

Recettes.de : hachis, boeuf, paté chinois, Québec, pommes de terre, maïs, restes, Rendez-vous sur Hellocoton !

recettes de cuisine

Repost 0
Published by Claire-tte - dans Plats Cuisine d'ailleurs
commenter cet article
27 août 2013 2 27 /08 /août /2013 06:48
Mitarashi dango

Il y avait longtemps que je voulais tester ces brochettes de boulettes de gâteau de riz, servies avec une sauce soja sucrée. Plus simples à réaliser que les mochi, leurs cousins farcies (généralement à la pâte de haricots rouges sucrée), je me demande pourquoi je n'en ai pas réalisés plus tôt.
Pour cette recette, allez faire un tour chez votre épicier asiatique, et chez Cuisine, pâtisserie, chocolat and co pour la recette originale.

J'ai réalisé cette recette en vidant mes placards avant mon départ en vacances. Maintenant que je suis de retour d'Italie, je compte bien vous retrouver et vous faire partager un peu la cuisine des Pouilles. En attendant, escale au Japon :

Pour 8-9 petites boulettes (environ 3 brochettes) :

Pour les boulettes :

  • 4 c. à s. de farine de riz
  • 3 c. à s. de farine de riz gluant
  • 8cl d'eau environ

Pour la sauce :

  • 50ml d'eau
  • 50g de sucre
  • 1 c. à s. de sauce soja
  • 1 c. à c. de mirin
  • 1 c. à c. de fécule de pomme de terre

  • Préparez les boulettes :

Faites chauffer une casserole d'eau jusqu'à ébullition.
Mélangez les deux farines et ajoutez l'eau petit à petit jusqu'à obtenir une pâte ferme mais travaillable. Façonnez des boulettes et plongez-les dans l'eau bouillante. Lorsqu'elles remontent à la surface, retirez-les à l'aide d'une écumoire et réservez-les sur du papier absorbant.
Mouillez un petit pic à brochette et placez 3 boulettes dessus. Réservez.

  • Préparez la sauce :

Mélangez tous les ingrédients de la sauce sur feu vif. Lorsqu'elle devient sirupeuse, retirez du feu. Versez sur les brochettes et dégustez aussitôt.

Recettes.de : Japon, riz, dango, mochi, pâtisserie, soja

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 07:34
Lamington cake

Vous en avez sûrement déjà vus ou entendu parlé. C'est ce fameux gâteau que l'on trouve partout en Australie, constitué d'une génoise (dit aussi sponge cake) enrobée de chocolat et de noix de coco râpé, et parfois fourré à la confiture.
La première fois que je l'ai goûté, acheté en supermarché, je n'ai pas aimé. C'était sans saveur, la génoise n'avait rien, et même le chocolat et la coco ne se sentaient pas tellement. J'avais vraiment l'impression de manger de l'éponge, pour le coup. Et puis, je me suis dit qu'il fallait retenter le coup ailleurs, au moins dans une pâtisserie. J'ai mis du temps, parce que bon, vers $4-5 la part avec risque de ne pas aimer, ça me paraissait cher. J'ai réussi à en trouver à $2.50 à Sydney, et j'ai enfin pu le goûter. Et là, j'ai bien aimé : certes parce qu'il était fourré de confiture, mais au moins je sentais l'enrobage. Allez banco, je le réitère.
Et là, c'est après moult péripéties et au troisième essai que je vous les présente enfin. Etant maudite de la génoise (la première fois le gâteau ne monte pas, la deuxième fois il n'est pas cuit à l'intérieur) et ayant grand peine à parfois maitriser ce nouveau four, j'ai finalement repris une recette davantage cake pour être sûre d'avoir la bonne texture. Pour l'enrobage, j'ai repris la recette chez Je Papote.

Lamington cake
  • Préparez la génoise (la veille ou quelques heures avant) :

Préchauffez le four à 180°C. Mélangez la farine, le sucre et la levure. Ajoutez les oeufs l'un après l'autre, puis le beurre et la vanille. Mélangez bien, versez dans petit moule à cake (23cm) ou un moule carré à bords hauts d'environ 20cm de côté, beurrés et farinés. Enfournez pour 40-45 min environ (surveillez selon votre four).
Laissez refroidir, voire mettez-le au frigo en attendant pour quelques heures.

  • La garniture :

Coupez les bords et le bombé du haut pour avoir des gros carrés. Coupez chaque carré en deux et garnissez-le de confiture. Repliez les carrés comme des sandwiches.

  • Préparez le glaçage :

Mélangez le sucre et le cacao, et ajoutez l'eau bouillante. Dans une assiette à côté, répartissez la noix de coco. Roulez chaque carré dans le mélange au chocolat puis roulez-le dans la noix de coco. Laissez refroidir au frigo.

Lamington cake
Repost 0